Bordeaux 2020 : « Un millésime de merlot », selon J. Suckling

By May 17, 2021Francais

« Je pense que c’est un millésime de merlot », a déclaré James Suckling à propos du millésime 2020 des vins de Bordeaux, tout en établissant la comparaison avec le millésime 1998.

  • Le millésime pourrait ne pas être aussi hétérogène qu’on le craignait initialement, suggère J. Suckling.
  • C’est un millésime qui favorise la Rive droite et les autres appellations axées sur le merlot.
  • Il y a toute de même d’excellents Cabernet et un premier cru que J. Suckling envisage, peut-être, comme « Vin du millésime ».

Un millésime hétérogène ?

  1. Suckling a publié des bribes de ses réflexions au sujet des Bordeaux 2020 au cours de ces dernières semaines.
  2. Il a même déclaré très tôt trouver les vins de 2020 « moins flamboyants » que ceux de 2018.

Avec la suite des dégustations, il a toutefois été « impressionné par la qualité générale » du millésime et en est venu à remettre en question les craintes qu’il avait exprimées au départ selon lesquelles ce millésime serait hétérogène. Voici ce qu’il a déclaré : « 90 % des vins que j’ai évalués présentent un niveau de qualité exceptionnel, des Premiers crus jusqu’aux petits châteaux, même pour de simples appellations comme Bordeaux ou Bordeaux Supérieur. »

Un millésime de merlot

Le critique a néanmoins ajouté qu’il pense avoir affaire à « un millésime de merlot », ce qui favorise clairement les communes de la Rive droite, mais aussi les AOC plus axées sur le merlot, comme Margaux.

La préférence de ce cépage pour les sols argileux et calcaires a été un atout, car les vignes ont pu absorber les quantités importantes d’eau de pluies tombées en début d’année, réserves plus que nécessaires pour affronter le long et sec été 2020.

Le Merlot a de plus été récolté avant la canicule et les pluies tardives de septembre qui ont touché les parcelles de cabernet sauvignon.

Jusqu’à présent, J. Suckling a attribué la meilleure note possible à trois vins de la Rive droite : Hosanna, La Fleur-Pétrus et Trotanoy.

Pas de dilution pour le cabernet

Dans ses premières impressions, Jancis Robinson MW note que certains domaines ont probablement eu du mal à vendanger du cabernet tout à fait mûr.

Pour sa part, J. Suckling a déclaré ne pas trouver de caractère vert aux vins du Médoc, même si selon lui ces derniers sont certainement moins alcoolisés que leurs homologues de 2019 et 2018 (Le Château Lafite ne titre en effet que 12,8 %). Il a ajouté que cela lui rappelait le millésime 1998, la Rive droite et Pessac-Léognan ayant réussi cette année-là à récolter avant les pluies du 29 septembre qui avait dilué de nombreux vins basés sur le cabernet.

« Cela ne veut pas dire que de grands Cabernet sauvignon n’ont pas été produits en 2020 ou que le Médoc n’a pas produit de formidables vins jeunes », a-t-il ajouté. Contrairement à 1998, la saison de croissance, chaude mais très sèche, a produit des raisins de petite taille, de sorte que les pluies tardives n’ont pas pu entraîner une grande dilution.

Les Haut-Brion, Lafite, Mouton Rothschild, Margaux et Smith Haut-Lafitte ont tous été classés dans la fourchette des 99 – 100 points. J. Suckling a même déclaré qu’il était prêt à donner au Haut-Brion 2020 « une note parfaite directement depuis son verre de dégustation », révélant que ce dernier pourrait bien être son vin du millésime.

Pour finir, ajoutons que le Lafite 2020 rappelle au critique « les grands vins des années 90 et 80 ».

Retrouvez tout ce que vous devez savoir sur la campagne de cette année sur notre page Bordeaux 2020 En Primeur. Pour recevoir quotidiennement par e‑mail nos alertes en rapport avec la campagne, inscrivez-vous en renseignant le formulaire ci-dessous.