Talking Trade – Un Petrus à 100 points en tête des ventes

By July 27, 2020Francais

Bordeaux semble effectuer un retour en force ces derniers temps : après avoir passé plusieurs semaines sous la barre des 50 %, la part de marché de la région a représenté la semaine dernière 54,2 % du total des échanges. Les prix des Premiers crus sont de plus restés stables, le Liv-ex 50 n’ayant baissé que de 0,02 % lors de la clôture de vendredi dernier.

Dans le même temps, la part de marché de la Bourgogne a reculé de 19,3 % à 14,1 %, tandis que celle de l’Italie a légèrement augmenté en passant de 10,8 % à 11,6 %.

La part de marché du Rhône en valeur (2,7 %) a été réduite de moitié par rapport à la semaine précédente (5,4 %), les ventes de vins en provenance des États-Unis passant également au second plan. La catégorie « Autres » a, quant à elle, enregistré une légère baisse d’activité (5,7 %), mais sa part de marché reste toutefois supérieure à la moyenne de juin (5,5 %).

Au cours de la semaine, nous avons à nouveau été témoins du pouvoir que possèdent les critiques. Dans une rétrospective sur le Château Petrus (millésimes 1897-2011), Neal Martin (Vinous) a réaffirmé son évaluation du millésime 1989, en lui attribuant 100 points. Pour le critique, il s’agit d’un « vin délicat, dans la direction duquel il faut faire un pas, si l’on veut goûter un véritable vin à 100 points ». À la suite de cette rétrospective, le Petrus 1989 a effectivement enregistré plusieurs transactions (le montant de la dernière s’élevant à 38 850 £ par caisse), au point même de devenir en valeur le vin le plus vendu de la semaine.

Un autre millésime de Petrus, le 1988 (NM 90), s’est négocié à 21 300 £ la caisse – à ce prix, c’est l’un des millésimes de Petrus les moins chers sur le marché. Deux millésimes de Lafite Rothschild, à savoir 2016 et 2008, figurent également dans le Top 5 des vins les plus vendus de la semaine en valeur.

Bilan sur la bourse d’échange mondiale Liv-ex à la mi-année

Les données commerciales de notre bourse d’échange mondiale ont montré que la portée de l’intérêt des acheteurs a continué de s’étendre au cours du premier semestre 2020. C’est en effet ce que montrent les recherches de vins des marchands en fonction des régions du monde et les tableaux des vins les plus échangés en valeur et en volume.

La semaine prochaine, nous examinerons la conjoncture du marché et passerons en revue les vins les plus performants du premier semestre 2020.

Dans une lettre ouverte à nos membres, James Miles de Liv-ex a également évoqué le bilan des mois écoulés et les développements commerciaux attendus pour le reste de l’année. Veuillez cliquer ici pour lire cette lettre.

Sortie du Pingus 2019

La semaine dernière, le Pingus 2019 en provenance de la Ribera del Duero a fait son entrée sur le marché du Royaume-Uni au prix de 5 700 £ les 12 bouteilles de 75 cL. Peter Sisseck a récemment décrit le cru 2019 comme étant « le Pingus le plus parfait jamais produit », ajoutant avec humour que « parvenir à un tel résultat, n’avait finalement pris que 25 ans… ». Pour voir notre analyse de prix, cliquez ici.