Marché des grands vins – Face à l’incertitude mondiale liée au Covid-19, les grands vins procurent de la stabilité

By March 16, 2020Francais

Cours des grands vins face aux actions de décembre 2019 à aujourd’hui

Les actions mondiales ont été sévèrement touchées la semaine dernière, le Covid-19 continuant de se propager dans le monde entier. Les dernières nouvelles s’ajoutant au désarroi général, il est particulièrement difficile en ce moment de trouver des eaux calmes. Mais comme vous pouvez le voir dans le graphique ci-dessus, le cours des grands vins est resté presque ennuyeusement stable.

Faiblement corrélé aux marchés des actions et ne dépendant généralement à long terme que de deux fondamentaux économiques, à savoir l’offre et la demande, le cours des grands vins semble quasiment gelé. Au cours des trois derniers mois, les prix des vins ont dérivé, en raison de facteurs tant internes (droits de douane sur le vin) qu’externes (Covid-19), mais les personnes qui ont cédé à la panique pour vendre les vins en leur possession sont encore très rares. À l’inverse, des acheteurs à long terme ont plutôt eu tendance à émerger pour chasser les bonnes affaires susceptibles de se présenter.

Top 5 des vins les plus vendus en valeur (6 – 12 mars)

Le volume des échanges est resté stable d’une semaine sur l’autre, mais la part de marché du Bordeaux (57,3 %) a augmenté, dépassant les 50 % pour la première fois depuis fin janvier. 2016 est le millésime qui s’est le plus échangé récemment en ce qui concerne les vins de Bordeaux, mais cette semaine a également été marquée par la vente de grands millésimes tels que 2010, 2009 et 2005.

Les parts de marché de la Bourgogne (12,2 %), de la Champagne (5,3 %), de l’Italie (12,3 %) et des É.‑U. (3,5 %) ont toutes reculé par rapport à la semaine précédente.

De son côté, la part du marché du Rhône (2,5 %) s’est maintenue pendant que les ventes de la catégorie Autres (6,9 %) ont été dominées par l’Allemagne ; d’importants volumes de Riesling du producteur de premier plan Weingut Keller ayant changé de mains.

Part de marché par région en valeur (6 – 12 mars)

Le Barolo Riserva Monfortino 2013 du domaine Giacomo Conterno a non seulement été le vin le plus vendu de la semaine, mais il est également à ce jour le vin le plus vendu de l’année. Antonio Galloni lui a récemment attribué 99 points en déclarant : « les lecteurs trouveront un Monfortino mordant et vibrant, élaboré selon des lignes très classiques semblables à celles des millésimes 1996 et 1999 ». Le millésime 2013 se situe ainsi confortablement entre les millésimes : 2010 (12 780 £) noté 100 et 2008 (7 200 £) noté 97.

Les vins de Bordeaux dominent le reste du tableau, le Carmes Haut Brion 2015 en tête. C’est non seulement le moins cher du lot, mais le Carmes Haut Brion 2015 est aussi l’un des vins les plus performants : sorti à Londres au prix de 480 £ pour 12 bouteilles de 75 cL, le vin a augmenté de 114 % depuis.

Le Le Pin 2009 a également été très performant, et bien que son prix soit beaucoup plus élevé, il a tout de même augmenté de 94 % depuis sa sortie à Londres (16 500 £).

Suspension de la dégustation UGC 2020

Ce matin (13 mars), le magazine the drinks business rapportait que l’Union des Grands Crus de Bordeaux avait annoncé la suspension des dégustations En Primeur qui devaient avoir lieu à la fin du mois.

Dans un communiqué, l’Union a déclaré : « L’UGCB et ses membres ont décidé de suspendre la semaine des Primeurs 2019. Pour l’instant, par souci de solidarité, nous nous engageons tous à mettre en œuvre les recommandations formulées par les autorités pour faire face à la situation et à prendre soin de nos proches ».

Première sortie de Latour depuis le millésime 2011

Le Latour 2012 devrait être mis sur le marché le 18 mars prochain. Le Château s’est en effet retiré du système des Primeurs en 2012 après la sortie du millésime 2011. Les détails de la tarification du nouveau millésime n’ont pas été divulgués, mais selon l’analyse Liv-ex de la juste valeur, nous pouvons assez bien prévoir à quel niveau le vin se placera en termes de prix.

Entretien avec Matteo Ascheri

Le vigneron piémontais, Matteo Ascheri, a été interrogé par Liv-ex au sujet de l’attrait des vins italiens, ainsi que sur les défis et les opportunités qui se présenteront selon lui à l’industrie vinicole italienne. Cet entretien offre un aperçu perspicace de l’état d’esprit des vignerons qui opèrent dans l’une des régions viticoles les plus passionnantes du monde.