« Où trouver de la valeur ? » : Un aperçu des Bordeaux 2016

By February 15, 2019Francais

Mardi dernier, nous avions remarqué que les Bordeaux 2016 proposent un meilleur rapport qualité-prix que tous les autres millésimes récents déjà sur le marché. Selon notre méthode de la juste valeur, environ deux tiers des vins de 2016 compris dans l’indice Bordeaux 500 tombent sous la ligne de tendance.

L’article d’aujourd’hui passe en revue tous ces vins individuellement pour évaluer ceux qui représentent le meilleur ou le moins bon rapport qualité-prix par rapport aux autres millésimes d’un même château.

Comme le montre le graphique ci-dessus, le Château Clinet semble offrir le meilleur rapport qualité-prix. C’est en effet le vin le plus en dessous de la ligne de tendance (-37 %). Avec une note de 96+ (NM), son prix de marché actuel est de 746 £ les 12 bouteilles de 75 cL. Par ailleurs, un « Premier Cru formidable », le château Margaux (NM 98) est aussi disponible avec une « belle remise » dans la mesure où son prix se situe 32 % en dessous de la ligne de tendance.

Trois des vins à avoir reçu la note 100 de la part de Neal Martin sont également très attrayants, d’autant que le critique a déclaré : « ne pouvoir imaginer les améliorer, sur la forme ou le fond, de quelque façon que ce soit ». Le Mouton Rothschlid, que N. Martin décrit comme le meilleur « de ces 20 dernières années », est sous-évalué de 6 % en termes de tarif, son prix actuel étant de 5 050 £ pour 12 bouteilles de 75 cL. Les critiques ont été assez unanimes quant à la perfection de ce vin. Il a en effet reçu 100 points de la part de Lisa Perotti-Brown MW, Antonio Galloni et James Suckling. James Molesworth lui a également attribué sa note ultime de 98 points en décrivant l’« impressionnant cœur fruité de ce vin qui avance comme un bateau de croisière avec suffisamment de réserves pour faire deux fois le tour du monde sans s’arrêter ».

L’« extravagant » et « magique » Cos d’Estournel (100 NM, JS, LPM), qui s’est avéré être le vin de Bordeaux le plus activement commercialisé en janvier, se situe, selon sa valeur marchande actuelle, 5 % au-dessous de la ligne de tendance. Il s’est vendu hier au prix de 1 706 £ les 12 bouteilles de 75 cL, soit une hausse de 22 % par rapport au prix de sortie de 1 400 £. En outre, le Château-Figeac (NM 100), avec son « exceptionnel bouquet 24 carats », est aussi disponible dans les mêmes quantités au prix légèrement sous-évalué (4 %) de 1 846 £.

Les vins notés 100 — par définition, la perfection en bouteille — sont le plus souvent proposés à leur juste valeur. Cependant, les cinq sélectionnés par N. Martin ne reflètent pas encore cette norme.

La plupart des autres vins dont il a fait l’éloge (« Comment ne pas s’émerveiller de la brillance d’un Haut-Brion, d’un La Mission Haut-Brion, d’un Léoville Las Cases, d’un Petrus ou encore d’un Cheval Blanc ? ») offrent également un excellent rapport qualité-prix. Parmi les vins auxquels il a attribué 99 points, le Cheval Blanc se situe 20 % en dessous de la ligne de la juste valeur, le Mission Haut Brion 17 % et le Haut Brion 16 %.

Le Leoville Las Cases (NM 98), le seul non Premier Cru à se classer dans le Top 5 de James Molesworth et qui est également le « Vin du millésime » selon Antonio Galloni, voit sa valeur sous-évaluée de 7 % en ce moment. Il est d’ailleurs disponible à un prix inférieur de 4 % au prix de sortie.

Pour les acheteurs qui suivent Neal Martin, 2016 — « le millésime culminant de la décennie pour la région de Bordeaux » — offre un bon rapport qualité-prix sur une large gamme de vins. Intéressant pour les collectionneurs comme pour les investisseurs !

 


[mc4wp_form id=”18204″]