Jancis Robinson et Julia Harding MW publient les notes qu’elles ont attribuées aux Bordeaux 2016 en bouteille

By November 5, 2018Francais

Mercredi dernier, Jancis Robinson et Julia Harding MW ont publié un rapport de dégustation conjoint au sujet des vins de Bordeaux du millésime 2016 nouvellement mis en bouteille. Le rapport passe en revue les 138 vins présentés lors de la dégustation organisée à Londres en octobre dernier par l’Union des Grands Crus.

Dans ce rapport, J. Robinson écrit que J. Harding et elle-même se sont « partagé les vins plus ou moins équitablement, la dégustation des rives droites lui [Robinson] revenant cette fois ».

Jancis Robinson — Rive Droite

Lorsqu’elle décrit les vins de la rive droite, J. Robinson note qu’elle « est ravie de constater que les vins de Saint-Émilion continuent de s’alléger et de s’éclaircir, même ceux qui étaient jusqu’alors exagérément peu plaisants ; certains d’entre eux allant même de nos jours jusqu’à être rafraîchissants ! »

J. Robinson ajoute que « les châteaux Canon, Figeac et Grand Mayne notamment, ainsi que quelques autres, produisent désormais un vin d’un style différent comparé aux années 90 ».

Julia Harding MW — Rive Gauche

Dans sa section du rapport, J. Harding commente : « Parmi les rives gauches que j’ai dégustés, les vins rouges de Pessac-Leognan sont ceux qui brillent le plus ; ils conservent leur fragrance distinctive, ce millésime étant également plus riche et un peu plus généreux que certains autres ».

J. Harding poursuit en écrivant : « le Haut Bailly, qui est souvent un peu replié sur lui-même à ce stade précoce, a été pour moi la star de l’année, d’autant qu’il semble promis à une très longue vie ». « C’est un des meilleurs Haut Bailly que j’ai eu l’occasion de goûter », écrit-elle dans ces notes de dégustation en lui attribuant 18 points.

Les meilleures notes — Pichon Baron et Figeac

Globalement, les vins les mieux notés du millésime sont les Pichon Baron et Figeac. Les deux vins se sont vu attribuer 18,5 points par J. Robinson. Dans ces notes de dégustation, elle précise que le Pichon Baron possède « la formule gagnante » et ajoute : « Qu’est-ce donc de ce vin que l’on pourrait ne pas aimer ?! »

Concernant le Figeac, J. Robinson remarque qu’il « ne s’impose pas excessivement au palais, mais que son fruit (et la levure ?) lui donne un caractère sauvage dans le bon sens du terme ». Elle poursuit en disant qu’il est « vraiment très fin et plein de caractère — plutôt que produit selon une simple recette ».

Les vins qui ont reçu les meilleures notes de la part de J. Robinson et J. Harding figurent dans le tableau ci-dessous. Vous pouvez lire le rapport complet sur JancisRobinson.com en cliquant ici.

 


[mc4wp_form id=”18204″]